statistiques web gratuite
< BARDO ZONA OESTE

lavuebasse:

Fred Deux (Jean Douassot)

Je vis plié depuis cinquante ans. A la rencontre d’un infini me pinçant, me dépliant, me défiant, me contraignant à enfouir mes mains. Impression d’un temps sans fin, d’une décharge venue hors du temps.

Je rêve en dessinant. Dessinant j’ai des visions. Rêves et visions se cachent; Tout gribouillis a un sens, un son.

Le maître mot est ramasser.”

(…)où qu’on se tourne,
des bourrasques de noir, des éboulements de noir, des envols de noir , des nuées de noir, des coulées de noir, des rafales de noir…
Soulèvement des choses avant les frémissements du silence ?
Effondrement de l’espace avant les murmures du vide ?
Parfois, seul un arbre retient la fuite des perspectives.

(…) il n’est plus de reflet qui ne se laisse engloutir par le noir, il n’est plus d’ombre qui ne se laisse dépecer par le noir.
Les bêtes sont déjà aux confins, au bord de la forêt pétrifiée.
Croupe sans cavalier, mufles en suspens, pelage de fièvre.
Il n’est même plus de lueurs dans les clairières.
Reste le cuir où tout s’inscrit, en vertige lourd, en lignes définitives.
Mais entre cendre et lave, comment deviner ce qui va advenir?
Comment savoir ce qui chemine dans les veines du soir ?
Ici, une seule chose est sûre :
Voici un monde sans reflet car voici un monde sans ombre.


POIDS ET MESURES DE L’OBSCUR . (via lavuebasse)

(Source : jmfauquet.weebly.com)


merzbow-derek:

People have often asked me what the Zone is, and what it symbolizes, and have put forward wild conjectures on the subject. I’m reduced to a state of fury and despair by such questions. The Zone doesn’t symbolize anything, any more than anything else does in my films: the zone is a zone, it’s life, and as he makes his way across it a man may break down or he may come through. Whether he comes through or not depends on his own self-respect, and his capacity to distinguish between what matters and what is merely passing.

Andrej Tarkovskij
Сталкер
STALKER, 1979

(Source : speakingparts)

thirdorgan:

Zlatko Keser (Croatia, Zagreb, 23. siječnja 1942.)

alongtimealone:

Max Ernst, Rien ne va plus, 1973

anachoretique:

Christer Strömholm - Sillans la Cascade (Home of Louis Pons) ca. 1960s m

Andrei Tarkovsky on the set of The Sacrifice.

(Source : strangewood)

regardintemporel:

Maurice Goldberg - Andante, Visualization of Music, 1920s

gor-ett-miss-tag:

charles seliger

(Source : teatimedogs)

lavuebasse:

Pierre Bettencourt

lavuebasse:

"L’empalé mourut, avec volupté peut être. Il était beau comme Atys. Les lucioles luisaient autour de lui…"

Ernst/Apollinaire.

spectrumvivace:

Pierre Molinier - Lettre autographe signée à André Breton avec photographie originale. Bordeaux, 16 novembre 1957.


foxesinbreeches:

Polaroids by Andrei Tarkovsky from the book Instant Light: Tarkovsky Polaroids